INFO

Caisse Générale de Sécurité Sociale de la Guyane

menu

Qui est Turenne RADAMONTHE ?

Turenne Radamonthe est né à Mana le 14 novembre 1926. Après de courtes études dans cette commune (il est obligé de les interrompre à l’âge de 10 ans), il travaille à la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph de Cluny. A l’âge de 14 ans, il travaille dans l’entreprise de maçonnerie de son frère Denis à la crique Saint-Jacques (à quelques kilomètres de Mana). Initié au travail de maçon, il réussit à se faire embaucher à Saint-Laurent.

En 1947, après avoir participé activement à la campagne législative de 1947 en faveur du mananais René Jadfard, il s’installe à Cayenne et travaille sur divers chantiers de la ville. Il prend peu à peu conscience des difficultés auxquelles sont confrontés les ouvriers, et milite à la section départementale de la CGT et parvient, 10 ans plus tard à la direction de cette centrale prenant la suite d’André Aron et d’Edouard Auguste-Etienne.

Pour Turenne Radamonthe,il est nécessaire que les problèmes rencontrés par les ouvriers guyanais soient résolus par les Guyanais eux-mêmes et qu’ils puissent disposer d’une certaine autonomie vis à vis de leur centrale.

En 1965, il met à exécution sa volonté de dégager son syndicat de la centrale française lors du XX congrès. Il obtient le soutien de ses camarades, et la modification des statuts de son syndicat permet l’émergence de l’Union des Travailleurs de Guyane : l’UTG. Le siège de l’UTG, « la Maison du Peuple » se situait sur la place des Palmistes (actuel Drugstore).

Homme de Gauche, il a milité au Réveil Progressiste guyanais et a été l’un des membres (avec Paul Ophion, Hugues Sirder et Léopold Héder, les fondateurs) du Front Démocratique Guyanais le 1er mai 1962. Le FDG qui rassemblait tous les mouvements de la gauche guyanaise visait à défendre les intérêts de la collectivité de la Guyane et à mettre tous les moyens légaux propres à aboutir à la revendication guyanaise d’un statut d’autogestion. C’est surtout pendant les événements du 14 juin 1962 et la mort du député Justin Catayée que vont se situer les actions du FDG.

En 1965, Turenne Radamonthe accepte de se présenter sur la liste de Léopold Héder pour les Municipales. Il accède ainsi au poste de 3ème adjoint et est membre de 5 commissions (celle des adjoints, celle de la réception des travaux, celle des terrains communaux, celle d’hygiène et d’urbanisme et celle de la circulation) sur les 10 commissions existantes.

En 1971, suite à des désaccords avec Léopold Héder notamment celui portant sur l’attribution d’un terrain communal à l’UTG, il renonce à son mandat et oeuvre au conseil des Prud’hommes, s’occupe de l’AGFPA (dont il est le fondateur)et participe activement aux divers conseils d’administration de la Caisse Générale de la Sécurité Sociale.

Devenu permanent à l’UTG, il termine la construction du siège de l’UTG à l’avenue Ronjon avant de quitter en 1984 le syndicat pour des problèmes de santé.

Il meurt à l’hôpital de Cayenne le 10 juin 1989 et est enterré au cimetière de Cayenne le 12 juin.